Promotion 1930

La liste des 73 admis de la cinquantième-deuxième promotion paraît au Journal officiel du 9 mars 1930 : 41 sont de l’infanterie, 5 de la cavalerie, 9 de l’artillerie, 5 du génie, 2 de l’aéronautique, 7 de l’infanterie coloniale, 2 de l’artillerie coloniale et 2 de la gendarmerie.

 

Les stages préalables à l’entrée à l’École, d’une durée de six mois, débutent le 17 mars 1930. La partie commune, jusqu’au 31 mai, se déroule à l’École d’application d’artillerie (automobiles et projecteurs), à l’École de liaison et transmissions, dans l’aviation et dans les chars de combat. La seconde partie a lieu du 15 juin au 30 septembre, dans l’infanterie, dans l’artillerie et dans la cavalerie, avec des durées de stage adaptées à l’arme d’origine des officiers. Pendant le mois de juin, les officiers de l’aéronautique assistent à des tirs de DCA s’une durée d’une semaine.

 

Après une permission de trente jours, les stagiaires rejoignent l’École supérieure de guerre le 3 novembre 1930. Vingt-six officiers étrangers suivent les cours ainsi que M. BERGERON ajourné de la promotion précédente.


Le 21 juillet 1931, le lieutenant FLAMANT est tué dans un accident d’automobile pendant une reconnaissance de la frontière du Nord-Est.

Le stage se termine le 3 novembre 1932 ; tous les officiers sortent brevetés.

Sept officiers de cette promotion sont morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale où immédiatement après : BARIL, CHARPENTIER, CLEMENTIN, JOURNOIS, PATERNE, THOUVENIN, TRITSCHLER.


Voir les biographies

Retour