Promotion 1919

La liste des admis parait au Journal officiel du 22 juillet 1919. Un erratum, paru le 7 août, rajoute à la liste le chef d'escadron DELEUZE, admissible en 1914, admis de droit en 1919. Le 2 novembre 1919, les 111 stagiaires de la quarantième promotion rejoignent l'École militaire pour un brevet « accéléré » de dix mois ; 96 sont français et 14 sont étrangers.

 

La promotion se compose d’une cinquantaine d’officiers qui, après avoir été admis en mars 1914, ont survécu à la guerre. Le vide causé par la mort d’une quarantaine de reçus a été comblé en déclarant admis une partie de ceux qui avaient réussi les épreuves écrites et ainsi été déclarés admissibles. Le total est porté à 100 par la désignation sur titres d'officiers offrant toutes garanties pour suivre avec fruit les cours. La promotion présente donc une forte majorité d'officiers supérieurs. La répartition entre les différentes armes correspond assez sensiblement à l'importance relative prise par celles-ci : l'infanterie vient naturellement en tête avec 55, suivie de loin par l'artillerie avec 27, et de très loin par la cavalerie avec 8. La part du génie, avec 3 stagiaires, apparaît faible. A ces chiffres s’ajoutent 5 officiers de l’infanterie coloniale et 2 de l’artillerie coloniale.

 

Pour des raisons inconnues, M. MAUNOURY terminera avec la quarante-et-unième promotion et M. COUSSE suivra la scolarité de la quarante-deuxième promotion.

 

Le 3 novembre 1920, tous les stagiaires sortent brevetés. Il n’y a pas de classement et aucune mention n’est attribuée.

 

Le général Charbonneau a publié Quelques souvenirs sur la quarantième promotion (1919-1920) dans le Bulletin trimestriel de l’association des amis de l’École supérieure de guerre n°11 paru en juillet 1961.

 

Trois stagiaires de cette promotion sont morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale, les généraux DELESTRAINT, LUGAND et VOINIER.

Voir les biographies

Retour