Promotion 1931

La liste des 80 admis de la cinquantième-troisième promotion paraît au Journal officiel du 27 février 1931 : 39 sont de l’infanterie, 8 de la cavalerie, 15 de l’artillerie, 3 du génie, 4 de l’aéronautique, 10 de l’infanterie coloniale et 1 de l’artillerie coloniale.

 

Les stages préalables à l’entrée à l’École, d’une durée de six mois, débutent le 16 mars 1931. La partie commune, jusqu’au 30 mai, se déroule à l’École d’application d’artillerie (automobiles et projecteurs), à l’École de liaison et transmissions, dans l’aviation et dans les chars de combat. La seconde partie a lieu du 15 juin au 30 septembre, dans l’infanterie, dans l’artillerie et dans la cavalerie, avec des durées de stage adaptées à l’arme d’origine des officiers. Pendant le mois de juin, les officiers de l’aéronautique assistent à des tirs de DCA d’une durée d’une semaine.

 

Après une permission de trente jours, les stagiaires rejoignent l’École supérieure de guerre le 3 novembre 1931. Ils sont rejoints par l’intendant militaire de troisième classe REYNAUD et le médecin-capitaine FIQUET, désignés sur titres pour suivre la première année de scolarité.

 

A leur arrivée, le général Dufour, commandant l’École, leur donne quelques conseils.

 

Vingt-quatre officiers étrangers suivent également les cours. Le général DUNLAP, désigné en janvier 1931 pour suivre les cours de la 53e promotion, est mort accidentellement en mai 1931 peu après son arrivée en France.


Le stage se termine le 3 novembre 1933 ; tous les officiers sortent brevetés.

 

Cinq officiers de cette promotion sont morts pour la France pendant la Seconde guerre : BOURGEOIS, CHAUDIERE, DE LAMBILLY, DUPUIS et FEUVRIER.


Les colonels Van Belle et Sassier ont publié en 1969, dans le n°42 du Bulletin trimestriel des amis de l’École supérieure de guerre leurs Regards sur la 53e promotion.


 La 53e promotion au camp de Mourmelon (Coll. privée).

 






 

Voir les biographies

Retour